Chaussures Hautetops Et Baskets Buscemi ZsKVCA

SKU331292290555
Chaussures - Haute-tops Et Baskets Buscemi ZsKVCA
Chaussures - Haute-tops Et Baskets Buscemi
+32 70 79 79 79 (0,30€/min)
+32 70 79 79 79 (0,30€/min) + frais int. et/ou frais loc.
lu-ve: 8-20h / sa-di: 9-16h30
Gérez vos réservations

Échec de la demande

Vous avez déjà un profil MyTrain? Identifiez-vous pour consulter vos réservations.

Vous avez réservé des billets de train chez SNCB International - en ligne, via notre application ou notre Contact Center ? Via MyTrain, vous retrouverez facilement toutes vos données de réservation, comme les heures de départ et de retour ou votre numéro de siège.

Avec votre profil MyTrain, vous bénéficiez aussi d'autres avantages :

  • Annulez ou modifiez vos réservations en ligne
  • Réimprimez à tout instant vos billets
  • Sauvegardez vos données et vos préférences de voyage et gagnez du temps lors de vos prochaines réservations
Identifiez-vous!
Il existe déjà un profil inactivé pour l'adresse introduite. Veuillez activer votre profil via le mail de confirmation. Veuillez vérifier votre répertoire de mails indésirables si vous n'avez pas reçu le mail ou cliquez ici pour envoyer le mail à nouveau.
Malheureusement une erreur s'est produite lors de l'envoi du mail d'activation.
Un e-mail vous a été envoyé pour activer votre profil.

Échec de la demande

Votre compte a été activé.
Nouvel utilisateur?
Lilas Sandale Birkenstock Gizeh BQUVYbKnaL

Inscrivez-vous et bénéficiez des avantages de MyTrain:

  • Mémorisation de vos préférences et données personnelles: confort et gain de temps!
  • Possibilité d'échanger et annuler vos réservations en ligne .
  • Une identification plus aisée dans nos gares et auprès de notre Contact Center .
Mot de passe oublié

Échec de la demande

Modifiez votre mot de passe en 3 étapes simples :

  • Introduisez votre adresse e-mail ci-dessous.
  • Vous recevez un e-mail de notre part contenant un lien pour modifier votre mot de passe.
  • Via cette page sécurisée, vous pouvez réinitialiser votre mot de passe MyTrain.
Identifiez-vous!

Enkellaars Tot 40 Korting Bottines 40 De Réduction Tot 50 Korting Tommy Hilfiger 50 De Réduction Tommyhilfiger 585ST

L ’émergence du concept de compétence dans la fonction publique peut paraître paradoxale à certains. En effet, l’accès aux emplois publics obéit à un certain nombre de principes simples, notamment l’accès par concours garantissant l’équité et une définition de l’activité liée au statut et au grade.

Même s’il faut distinguer la fonction publique d’État de la fonction publique territoriale, cette primauté des statuts a façonné le paysage du service public et son mode de management. L’avancement et la mobilité sont la plupart du temps liés à ces grands principes. On peut sans doute plus parler de gestion administrative des carrières que de gestion des compétences, bien que les choses puissent être très différentes entre une structure universitaire et une médiathèque municipale.

Si la gestion des compétences devient un leitmotiv , de quoi parle-t-on précisément? Au-delà du concept qu’il faut élucider, il s’agit de repérer en quoi une approche «compétence» dans la fonction publique peut améliorer la gestion des ressources humaines dans les structures. Mais surtout, comment s’y prendre? Comment mettre en place des dispositifs qui soient garants de la réglementation publique et qui soient suffisamment partagés pour ne pas générer d’autres formes «d’injustice» ?

>«Quels sont les indicateurs de la compétence?» est donc une question centrale aujourd’hui. Mais surtout, comment peut-on construire ces indicateurs?

Un sujet en débat

Pourquoi parler aujourd’hui de gestion des compétences dans la fonction publique alors que le cadre réglementaire est inchangé? Plusieurs facteurs agissent simultanément. Certains sont liés à l’évolution du travail et au sens que souhaite y trouver tout professionnel. Travailler est aujourd’hui un important facteur de réalisation de soi. Être reconnu compétent devient un enjeu social et personnel de premier plan, mais aussi et surtout une des conditions de la motivation. Peut-on s’investir durablement dans une mission sans rétribution de quelque nature qu’elle soit?

La fonction publique est traversée depuis quelques années par des changements considérables: une volonté politique d’optimisation des moyens, une préoccupation constante sur le service rendu, le management par projet et le développement de la «transversalité» , des défis technologiques et humains de grande envergure…

Pour faire face à ces enjeux, il s’agit de contribuer à développer et à valoriser les compétences des personnels, condition de l’investissement, voire du surinvestissement sollicités et nécessaires. L’administration du personnel, telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui dans la plupart des organisations publiques, si elle affiche le principe d’équité et de transparence, génère en fait souvent la frustration, voire le découragement dans l’examen du rapport entre investissement sollicité et gains en retour. Mais cela ne suffit pas à expliquer le recours permanent à une improbable gestion des compétences.

L’évaluation des politiques publiques, la rationalisation et l’optimisation des moyens mobilisés supposent la prise en compte permanente du rapport entre mission affichée, moyens mobilisés et effets observés. L’État ne peut plus se prévaloir d’un principe a priori de pertinence de l’action publique:

«Les difficultés budgétaires et la crise de légitimité de l’action publique conduisent à une inflexion même de l’action publique; au postulat du bien-fondé de principe dont bénéficiait la gestion publique, parée du sceau magique de l’intérêt général a succédé la conviction que l’État est tenu de rendre des comptes, en démontrant la pertinence des actions menées; et cette vision nouvelle atteint aussi la loi. La loi ne bénéficie plus, du seul fait de son existence, d’un postulat d’efficacité.» Femmes Coins De Confort Wei Gabor 0bBsrV4qXH
.

Or, parmi les moyens mobilisés, les ressources humaines, considérées jusqu’alors sur le principe de l’interchangeabilité, apparaissent tout à coup comme un facteur décisif, et cela pour plusieurs raisons.

L’évolution des structures et des attentes sociales nécessite le développement de compétences de plus en plus nombreuses. Mais il ne s’agit pas d’un phénomène ponctuel pour faire face à une évolution brutale. Il est question ici d’un mouvement permanent, où la situation des structures n’est jamais réellement stabilisée. Une procédure est à peine maîtrisée qu’une nouveauté se profile déjà à l’horizon, génératrice d’autres difficultés. Pour y faire face, le professionnel devra apprendre encore et toujours. Or, ni la motivation, ni les compétences ne se prescrivent par décret.

Il faut donc imaginer et élaborer des dispositifs qui prennent en compte toutes les variables évoquées: pression publique, changement permanent, reconnaissance et valorisation des compétences, motivation. Mais il faut surtout que ces mesures s’appuient sur le quotidien des professionnels et que ceux-ci soient impliqués dans ces changements.

Le mode de recrutement a évolué. La question démographique (nombreux départs en retraite entre 2000 et 2010) va sans doute accentuer cette recherche de nouvelles compétences. On voit bien que le mode d’organisation administratif actuel, s’il garantit le déroulement de carrière, ne favorise guère la formalisation et la reconnaissance des compétences.

Dans la fonction publique territoriale, les modes de recrutement, notamment pour les cadres A et B, se rapprochent du secteur privé: réponse à des offres, curriculum vitae dans la bourse de l’emploi, élaboration de fiches de postes détaillées allant au-delà des seules références au cadre d’emploi…

Dans la fonction publique d’État, certaines procédures implicites sont le signe d’un changement sur ce terrain. La réussite à un concours n’est pas la garantie de l’efficacité professionnelle. Si un employeur recherche un professionnel, c’est moins pour son statut que pour sa capacité à faire face à des situations de plus en plus complexes. Le professionnel, lui, a tout intérêt à faire valoir ses compétences, ses réalisations, ses réussites. Les dispositifs de validation des acquis professionnels, existants et à venir, vont encore renforcer cette tendance. Tous ces signes montrent bien que les compétences, même de façon informelle, pénètrent le champ des ressources humaines de la fonction publique. Mais de quoi parle t-on?

Les compétences: de quoi parle-t-on?

Le concept de compétences est de plus en plus utilisé dans le monde du travail. Il n’est pas toujours défini avec clarté, et, en fonction des contextes, on peut lui attribuer des sens différents. Paradoxalement, la définition des compétences ne fait plus vraiment aujourd’hui l’objet d’un débat. Ce sont surtout les modes de repérage et de formalisation qui suscitent des interrogations. La question centrale est: «Comment passer d’un concept à un outil opératoire?»

Si l’on dit que la compétence renvoie à la mise en œuvre de ressources (des savoir-agir) par une personne dans une situation professionnelle donnée, cela ne nous avance guère. Il est plus pertinent d’en repérer les caractéristiques qui sont l’objet d’un apparent consensus Chaussures Sandales Massimo Lonardo JrXZQcV
:

– la compétence permet de donner une consistance à un ensemble de capacités «informelles» et procédurales difficiles à repérer. Elle permet de nommer ce qui est invisible, caché, dans les situations de travail;

– elle est liée à l’action, elle permet d’effectuer, de réaliser. Il n’y a de compétences réelles que mises en actes. Elle renvoie à un contexte de mise en œuvre déterminé;

– elle suppose une action efficace et pertinente. Mais elle ne peut se repérer selon le seul mode Absence/Présence. Le niveau d’expertise est une donnée essentielle, notamment dans une logique de repérage des possibilités de transferts;

– si elle renvoie à différentes familles de capacités (des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être dans la trilogie classique), elle ne se réduit ni à un savoir, ni à un savoir-faire. On ne peut la réduire à un acquis de formation. Elle concerne la mobilisation de ces acquis;

– c’est un système qui associe de façon combinatoire divers éléments. Elle n’est pas de l’ordre de la simple application, mais de la construction ou plutôt de la reconstruction;

– d’autre part, elle se développe (et peut se perdre également si elle n’est pas mobilisée pendant longtemps ou si les contextes de travail changent beaucoup);

– elle est individuelle. Elle correspond à la mise en œuvre combinée de différents savoirs et savoir-faire, par une personne particulière, à un moment donné, dans un contexte spécifique.

Ce dernier point est essentiel. Le concept de compétence est apparu à un moment où l’évolution des «process» de travail a rendu difficile la description des fonctions «a priori» . Le travail ne peut plus être réduit à un ensemble d’actions standardisées reproductibles quel que soit l’acteur. Au contraire, l’opacité et la complexité des situations de travail ont amené à reconsidérer le poids des stratégies individuelles dans l’efficacité.

Sur ce thème, Philippe Zarifian Sandales Gris Marco Tozzi 57XyNX4
propose une approche intéressante de la compétence: «La compétence est la prise d’initiative et de responsabilité de l’individu sur des situations professionnelles auxquelles il est confronté», ou encore: «La compétence est une intelligence pratique des situations qui s’appuie sur des connaissances acquises et les transforme avec d’autant plus de force que la diversité des situations augmente.»

Son approche se fonde sur l’observation de l’évolution du travail. Travailler aujourd’hui suppose de faire face à des situations-problèmes pas toujours prévues. La notion d’événement est centrale dans ses travaux. Toutes les situations de travail ne peuvent être «prédécrites» , analysées a priori . La personne compétente saura mobiliser des ressources pour s’adapter à une situation imprévue. Et ainsi, elle développera de nouvelles compétences. Un certain nombre d’éléments sont à considérer: la confrontation à des situations inédites; la communication autour de ces situations; l’autonomie et le niveau de responsabilité, conditions d’une possible prise d’initiative; la capacité à s’interroger sur sa pratique professionnelle.

On voit que cette approche bouleverse les conceptions habituelles en analyse du travail, puisqu’elle insiste sur le côté nécessairement précaire et mouvant des compétences. Tout n’est pas réductible à une analyse du travail a priori .

Une autre définition nous paraît éclairante. La compétence renverrait à l’articulation de trois paramètres: le savoir, le vouloir et le pouvoir. Il ne suffit pas d’être capable de mobiliser une compétence pour pouvoir le faire. Les contextes sont plus ou moins favorables. De même, mettre en œuvre une compétence suppose que l’on ait envie de le faire. Et certaines situations de travail n’incitent pas toujours le professionnel à donner le «meilleur de lui-même» .

Que faire face à cette complexité? Peut-on rendre les choses simples? «Le simple n’existe pas, il n’y a que du simplifié» , disait Bachelard. Comment alors s’y prendre concrètement?

Approcher la compétence

Plusieurs problèmes techniques et méthodologiques se posent dès que l’on souhaite mettre en place un dispositif de gestion des compétences dans une organisation: qui va évaluer? À partir de quels éléments observables?

La garantie d’efficacité du dispositif suppose que l’on puisse identifier en amont des «indicateurs» observables et incontestables. Or, c’est bien ici que la difficulté apparaît. La mobilisation d’une compétence est toujours «en situation» . Elle est contingente au contexte. Il ne suffit pas de savoir faire quelque chose pour pouvoir le faire. Savoir, vouloir et pouvoir sont toujours les trois variables en interaction. D’autre part, comment formaliser, nommer, voire mesurer «quelque chose» qui, par nature, est volatil, mouvant, systémique?

De nombreuses tentatives réalisées jusqu’alors en bibliothèque se sont heurtées à plusieurs obstacles: imprécision du concept de compétence (de quoi parle-t-on?), absence de consensus sur les observables de la compétence, confusion autour du concept de savoir-être. Ainsi il est fait en permanence référence à des «mots-valise» du type «autonomie» , «dynamisme» … sans trop savoir ce qu’ils recouvrent précisément en termes d’observables professionnels. Les offres d’emploi sont actuellement de bons indicateurs de cette absence de clarté.

Si les indicateurs sont contestables, ils seront légitimement contestés et on verra apparaître une dérive de type «jugement de valeur», fondée sur la subjectivité de l’évaluateur, mis lui-même dans une position délicate par rapport à ses collègues.

Il paraît plus pertinent de construire un dispositif progressif passant par les quatre phases suivantes:

– se mettre d’accord sur le vocabulaire;

– élaborer des descriptifs d’activités pour chaque agent;

– définir de manière concertée des objectifs de travail annuels tant pour les services que pour les agents;

– formaliser les compétences et préciser les éléments observables de ces compétences.

Ces différentes phases seront réalisées en associant et impliquant toutes les catégories de personnel de l’établissement dans un souci de clarté et d’appropriation.

1re étape

La première étape consiste à se mettre d’accord sur le vocabulaire , sans pour autant rigidifier les choses. Il s’agit bien ici de favoriser l’usage collectif de ces notions et non de transposer un vocabulaire et des pratiques inadaptés au monde des bibliothèques.

L’activité

L’activité est l’ensemble des tâches et des actions réalisées concrètement par un professionnel pour remplir sa mission, atteindre les objectifs fixés. Elle renvoie au «faire» . Elle n’indique rien sur la manière dont le professionnel s’y prend ni sur ses compétences. Ainsi, «assurer l’accueil du public en bibliothèque» est bien une activité. Un certain nombre d’activités sont observables, visibles. Mais de plus en plus d’activités de travail sont opaques, difficiles à appréhender. Il s’agit par exemple de toutes les situations d’analyse et de conception où les indicateurs seront rares.

La compétence

La compétence est l’ensemble des ressources mobilisées par une personne dans une situation de travail particulière, qui lui permettent de faire face aux situations professionnelles auxquelles elle est confrontée. Plusieurs dimensions distinguent la compétence de l’activité:

– une dimension «valeur» : ce qui est fait est pertinent, adapté, efficace…

– une dimension stratégique: elle renvoie à la manière dont quelqu’un va s’y prendre pour résoudre un problème. En effet, tout n’est pas «procédurable» . Un personnel de bibliothèque qui fait face à un groupe d’usagers agressifs pourra être efficace en utilisant différentes stratégies. Et il combinera de nombreuses ressources.

En général, la compétence est formalisée par: «verbe le plus précis possible-compléments» mentionnant le contexte de mise en œuvre, par exemple, construire une méthodologie d’analyse des attentes du public d’une médiathèque…, conduire une démarche de projet informatique en bibliothèque…, organiser le recensement et le stockage d’ouvrages…

Les indicateurs sont les éléments concrets, observables, quantitatifs ou qualitatifs permettant d’apprécier, selon le cas, dans quelle mesure un objectif est atteint, ou si la performance attendue a été réalisée ou encore si la technique utilisée est maîtrisée. L’indicateur est l’élément observable qui valide: par exemple, étude de satisfaction réalisée avec données exploitables, nouvelle signalétique testée et mise en place, nombre de rayons libérés, réponse à toutes les réclamations, temps de réponse, temps de diffusion, taux de satisfaction… Mais on voit bien à la lecture de ces quelques exemples que les indicateurs évoqués ne sont pas tous du même niveau.

Certains peuvent être considérés comme des preuves. On se situe alors dans une logique déductive. «Si tel indicateur apparaît, je suis sûr de ma conclusion…» D’autres sont beaucoup plus des éléments qualitatifs où la subjectivité n’est pas absente. Ils servent plutôt de «faisceaux d’indices» ou de signes permettant de «faire l’hypothèse que» . On est alors dans une logique inductive et le terme d’indicateur peut être considéré comme impropre dans la mesure où ces signes observables ne sont pas la preuve incontestable recherchée. En ce qui concerne la compétence, nous utiliserons plus volontiers le terme d’observable. En somme, ce qui est observé de l’activité donne des indications plus ou moins fiables de la compétence mobilisée.

La performance

La performance renvoie aux résultats de l’action, référés à ce qui était attendu. Si la compétence se centre sur les ressources mobilisées pour produire une action efficace, la performance, elle, est multiforme. Il peut s’agir d’un résultat comptable: temps de réalisation, nombre d’ouvrages traités, temps de communication, nombre d’abonnés, taux de satisfaction… Il n’a de sens que s’il est mis en rapport à une valeur: norme, référence… Sinon il ne permet pas une interprétation, donc il ne présente plus d’intérêt. Il peut s’agir d’un effet observable: résolution d’un problème ponctuel, mise en œuvre d’une procédure, réalisation d’un projet… Dans bien des cas, la performance croise différents observables. Évidemment, la performance est un indicateur précieux de la compétence.

Cela étant, l’absence de performance n’est absolument pas la garantie d’une absence de compétence. Des éléments de contexte peuvent empêcher la mobilisation des compétences. Il est parfois facile de renvoyer sur l’individu la responsabilité de déficiences organisationnelles ou managériales. D’autre part, la compétence individuelle n’est pas toujours dissociable de la compétence collective. Le travail d’équipe, s’il est souvent un gain, peut apparaître dans certaines situations comme un obstacle à l’expression des compétences individuelles. De même, certaines compétences individuelles ne peuvent être mobilisées qu’avec l’appui des savoir-faire d’autres professionnels.

2e étape

Au cours de la 2e étape, sont élaborés des descriptifs d’activité pour chaque agent . Les situations de travail sont rarement clarifiées et l’implicite autour de certaines activités sensibles est un obstacle à lever. Comment chasser l’implicite, source d’incompréhension, donc de conflits? L’observation du fonctionnement des bibliothèques révèle des consensus apparents qui masquent l’absence de précision sur ce qui est réellement attendu. Deux questions ne peuvent être évacuées: «Qu’est-ce qui est attendu du professionnel en termes d’activités?» et «À quoi et comment verra-t-il que ce qu’il réalise est conforme aux attentes de la structure?» . Faute d’y répondre clairement, on prend le risque de bâtir un dispositif construit «sur du sable».

Avant d’imaginer d’improbables dispositifs d’évaluation des compétences externes aux professionnels, il s’agit de mettre à leur disposition des outils de régulation, d’ajustement, d’auto-évaluation interne.

Il faut créer des moyens simples d’autopositionnement. «Si j’ai une idée plus précise de ce qui est attendu de moi, et si je peux repérer des éléments qui m’indiquent si je le fais conformément aux attentes, le dialogue sera plus facile en cas de difficultés.»

3e étape

Il s’agit de définir de manière concertée des objectifs de travail annuels tant pour les services que pour les agents . Comme nous l’avons indiqué précédemment, les situations de travail sont de moins en moins standardisées et les changements sont rapides. L’émergence de nombreux projets facilite une gestion par objectifs. Quels que soient le statut et la fonction d’un agent, il est toujours possible d’identifier des objectifs de travail individuels, soit liés à ses activités habituelles, soit pour un projet particulier. Cela sera d’autant plus simple et efficace que les objectifs du service auront été discutés et formalisés auparavant. Ce travail va permettre à la fois de clarifier les attentes, de donner du sens au travail individuel et collectif, et d’anticiper les difficultés éventuelles.

Précisons qu’un objectif est un résultat à atteindre dans un délai fixé avec des moyens préalablement déterminés. Ce résultat doit être observable et évaluable. Parmi les exemples d’objectifs, on peut citer: aménager la signalétique d’une section, élaborer des supports de communication à partir des données statistiques de la bibliothèque, constituer une base de données, assurer le traitement des réclamations, libérer de la place dans les rayons de la salle…

Sans revenir sur la définition du terme indicateur et son ambiguïté, précisons qu’il peut concerner une réalisation: le projet a été réalisé ; un nombre: délais, durée, budget, quantité… ; une qualité (par exemple, exploitable. Il s’agira alors de préciser en quoi c’est exploitable: représentativité statistique…). Souvent, ces objectifs précisent les trois aspects. Ces trois étapes de travail peuvent permettre la mise en place d’entretiens annuels d’activités, moments privilégiés de dialogue et de régulation dans une organisation.

4e étape

Formaliser les compétences et préciser des éléments observables : très peu de structures du secteur public ont atteint ce point aujourd’hui. Les dispositifs de gestion des ressources humaines en place permettent au mieux de clarifier ce qui est attendu de chacun en terme de qualité de travail. Avoir une représentation partagée de ce qu’est précisément le travail à faire est un élément central. Se donner des indicateurs permettant de s’évaluer est également essentiel. Cela étant, il s’agit, dans bien des cas, d’une réflexion sur la conformité. Or, une approche compétence suppose une investigation plus approfondie, notamment si on envisage de favoriser la mobilité professionnelle.

Il faut donc aller plus loin en permettant un travail sur ce qui est réellement le cœur de la compétence, c’est-à-dire ce qui fait qu’une personne particulière est susceptible de mobiliser efficacement des ressources, parfois au-delà de ce qui lui est demandé, et éventuellement dans un autre contexte (hypothèse du transfert). En effet, le concept de compétence est intéressant dans la mesure où il permet de «pronostiquer» une efficacité de l’action en dehors du seul contexte «ici et maintenant». Le développement de fonctions transversales est caractéristique de cette situation. Des fonctions comme «correspondant de formation» vont nécessiter, pour la personne concernée, de mobiliser des ressources au-delà de sa «zone de fonction habituelle liée à son statut» . Inversement, l’interrogation actuelle sur des fonctions de type catalogueur dans les bibliothèques pose la question de ce qui a été développé dans un contexte technique donné (avec le développement d’expertises techniques de niveau élevé), et de ce qui est mobilisable à nouveau dans un environnement mouvant.

Pour faire face à ces situations nouvelles, le seul recours au descriptif d’activité limite la perspective. Il s’agit bien véritablement de développer et de mobiliser des compétences nouvelles. Il est donc indispensable de les formaliser et de préciser comment et à partir de quels observables on les prend en compte.

Comment faire?

Plusieurs choix méthodologiques sont possibles, qui sont fonction des objectifs fixés au dispositif et aux moyens d’investigation que l’on souhaite utiliser. On peut élaborer des référentiels compétences/métiers, précisant ce qu’il est nécessaire de savoir mobiliser pour occuper le poste décrit. On se situe dans une description a priori de la situation de travail. On peut également élaborer des cartes de compétences individuelles évolutives. On se situe alors dans une description a posteriori . Et on peut bien sûr combiner les deux approches.

Élaborer des référentiels compétences / métiers

Les référentiels compétences/métiers ont plusieurs fonctions:

– clarifier les compétences attendues dans telle fonction (connaissances, savoir-faire…);

– identifier des niveaux de maîtrise pour chacune d’entre elles;

– repérer des passages possibles d’une fonction à une autre (hypothèse du transfert de compétences);

– favoriser le recrutement et l’évolution professionnelle;

– articuler compétences requises/ plan de formation, tant pour l’organisation que pour les personnels.

Certains référentiels existent déjà. Nous pouvons au moins citer le Répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME), document de référence de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE). Nous pouvons également évoquer le Répertoire des métiers de la fonction publique territoriale , élaboré il y a quelques années, qui a le mérite de clarifier un certain nombre de concepts et de tenter une mise en forme cohérente des différents métiers. Il précise notamment des savoir-faire transversaux en identifiant pour chacun d’eux un niveau de maîtrise. Citons également le travail réalisé sous la direction d’Anne Kupiec Chaussures Bottines Sorel qd9a6J4
, document de référence pour les professionnels.

Si les référentiels ne conviennent pas (parfois trop détaillés, parfois trop imprécis), on peut en élaborer de nouveaux. Il s’agit alors d’initier la réalisation de véritables cartographies des métiers qui nécessitent un investissement considérable et souvent plusieurs années de travail.

Une des caractéristiques de ces référentiels (qu’ils existent ou qu’on les crée), c’est qu’ils abordent la compétence du point de vue du métier ou de la fonction. Ils mettent en avant ce qui est requis pour mener à bien les missions et les activités du métier ou de l’emploi. Il s’agit donc bien d’aborder la compétence sous l’angle du travail prescrit, même si la construction de ces référentiels se fonde sur l’analyse de situations de travail réelles.

Concrètement, le référentiel s’appuie sur la déclinaison des activités en compétences. Le niveau de compétence est souvent abordé à partir de quelques paramètres. On retrouve souvent le niveau de complexité, le niveau de maîtrise des connaissances, ou encore le type de démarches utilisées. Nous les préciserons plus loin. Ce référentiel va permettre d’avoir une référence pour toute discussion concernant le travail; de savoir précisément ce qu’il est nécessaire de mobiliser pour être efficace dans une fonction (les prérequis au poste); de repérer les compétences à développer pour une personne sur le poste, et donc d’initier des stratégies de formation.

En revanche, il formalise seulement «ce qu’il est nécessaire de mobiliser pour…» , et n’est donc pas suffisant pour approcher la compétence de la personne. Prenons l’exemple édifiant de certains personnels cadres C dans les bibliothèques. Leur compétence ne peut être réduite à ce qu’ils doivent mobiliser en situation de travail. Ils possèdent souvent d’autres ressources non exploitées. Cela nous amène à une deuxième approche possible.

Élaborer des cartes de compétences individuelles

Si cette deuxième approche présente le risque de la subjectivité, elle a un intérêt évident. Elle s’appuie sur la réalité du travail (réalisations, initiatives), garantit la souplesse et l’évolution, et sera d’autant plus pertinente qu’elle pourra s’appuyer sur un travail préalable de référentiel-fonction. La carte des compétences individuelles est en phase avec l’évolution du professionnel. On voit bien tout l’intérêt (notamment en terme de communication autour du travail), mais également les dérives possibles, faute d’observables incontestables.

Si la formalisation des compétences vise à favoriser la réflexion sur les possibilités de mobilité ou de transfert, il faut distinguer plusieurs types de compétences. Par commodité et pour clarifier le propos, nous distinguerons compétences spécifiques et compétences transversales, même si l’utilisation de ces termes pourrait donner lieu à débat d’experts.

Les compétences spécifiques . Les compétences spécifiques renvoient aux savoir-faire et aux connaissances spécifiques dans l’exercice de l’activité. Elles ont un champ d’application relativement réduit, souvent à un domaine professionnel clairement identifié. Reprenons l’exemple du catalogage.

Si le référentiel du professionnel du catalogage identifie les compétences suivantes – par exemple, définir les règles de gestion du catalogage, structurer et coder une description bibliographique, élaborer une politique de catalogage, vérifier et assurer la cohérence des accès dans le catalogue –, on voit immédiatement, quel que soit le niveau d’expertise technique du professionnel, que cette formalisation délimite a priori un champ d’application et ne nous indique en aucune façon les éléments mobilisables dans un autre contexte. Dans l’exercice de ces compétences spécifiques, le professionnel va également mobiliser d’autres ressources que l’on peut appeler transversales.

Les compétences transversales . L’évolution des connaissances techniques amène à s’interroger de plus en plus sur l’importance de ces «métacompétences». Elles renvoient à un certain nombre de savoir-faire mobilisés quotidiennement dans une organisation: communiquer, gérer, animer une équipe, concevoir et conduire des projets…

Il est illusoire de penser que ces compétences sont transférables sans difficulté d’une situation professionnelle à une autre. Comme nous l’avons vu, la compétence est toujours mobilisée dans un contexte et dans un jeu de contraintes. Cela étant, il paraît de plus en plus important de les formaliser, car elles vont permettre la négociation autour du changement professionnel.

Le tableau 1

peut aider à mieux comprendre cette distinction et à structurer notre investigation sur ces compétences transversales. Il s’agit bien ici d’un travail a posteriori une fois la démarche réalisée, qui se réfère au travail d’une personne sur un projet spécifique.

Si, à partir de cette situation ponctuelle, nous souhaitions élaborer un référentiel de la compétence «Conduire un projet en bibliothèque», et donc extrapoler au-delà de «l’ici et maintenant», nous pourrions utiliser la matrice qui figure dans le tableau 2

. D’autres paramètres peuvent être utilisés dans ces référentiels. Il s’agit donc ici, à partir de l’analyse d’une réalisation professionnelle individuelle, de construire un document de référence utilisable pour toutes les situations comparables.

À partir de cet exemple d’une compétence transversale en bibliothèque, on peut imaginer le travail qui pourrait être accompli dans les années qui viennent pour favoriser cette prise en compte des compétences dans les organisations publiques: la mise en œuvre de dispositifs d’analyse du travail et d’observations des réalisations professionnelles; l’élaboration de référentiels-fonction spécifiques au monde des bibliothèques (à partir de matrices d’observation telles que celle présentée ci-dessus); l’introduction d’entretiens annuels favorisant la prise en compte des réalisations professionnelles réelles et leur mémorisation.

Car nous ne devons pas perdre de vue que la formalisation de compétences répond à plusieurs préoccupations: rendre communicables les informations recueillies (ce qui suppose de réduire le nombre de messages aux aspects essentiels et donc de faire des regroupements); servir de «mémoire» pour le professionnel; travailler sur les observables des situations de travail; permettre une négociation sociale au-delà de la situation singulière dans laquelle la compétence est mobilisée (mobilité, validation des acquis…).

Concrètement, le tableau présenté ci-dessus peut servir de grille de recueil d’éléments observables pour élaborer une carte des compétences individuelle. Elle aura d’autant plus de sens et de valeur qu’elle pourra être référée à un référentiel de compétence élaboré en amont.

Mais une des difficultés rencontrée aujourd’hui tient justement à l’éclatement des fonctions qui cadrent de moins en moins avec les référentiels élaborés a priori et qui croisent bien souvent deux ou trois fonctions.

Un certain nombre d’ambiguïtés demeurent et on ne passe pas facilement d’une gestion administrative des carrières (qui a ses avantages) à une gestion des compétences (qui a ses dérives).

Ces quelques éléments-là montrent la difficulté à construire des référentiels. Mais également la nécessité sans doute de se doter de méthodologies permettant de rendre lisibles, donc communicables, les réalisations professionnelles.

C’est dans cet esprit qu’est proposé en encadré (page suivante)

un exemple d’analyse de situations de travail qui permet de préciser des observables, lesquels pourront servir ensuite de points d’appui lors des discussions dans l’organisation.

Que faire de ces observables?

Les observables permettent d’échanger et de négocier autour des situations de travail. À l’éternelle confrontation entre «je fais très bien mon travail» et «il y a un certain nombre de choses qui ne vont pas» peut succéder un dialogue fondé sur des éléments moins subjectifs. C’est d’une importance cruciale dans toutes les situations où les savoirs en cause sont de type relationnel.

Compétences et aménagement des situations de travail peuvent être développés. Se former ou changer une pratique professionnelle n’a de sens que si on a conscience d’un manque ou d’une difficulté, ou si on éprouve le désir d’évoluer. L’absence de performance peut avoir de multiples causes. La clarification des éléments observables liés à l’activité de travail permet de mieux repérer ce qui relève des compétences mobilisées par l’agent, ou ce qui tient au contexte organisationnel de travail. Les réponses peuvent être formatives ou structurelles, centrées sur la personne ou la situation de travail ou les deux.

Enfin, la trace de ces activités peut être formalisée. L’évolution de la formation et du travail, notamment le développement des dispositifs de validation des acquis professionnels, va rendre indispensable la structuration de l’histoire professionnelle sous une forme communicable. Le travail évoqué ci-dessus peut constituer une étape fructueuse (mais bien sûr très incomplète) pour aider le professionnel à repérer, structurer et communiquer sur son expérience. On peut même penser que cette gestion de compétences n’a de sens que si les personnels y voient un intérêt à moyen terme, et repèrent comment ils peuvent l’utiliser à leurs propres fins, notamment dans une perspective de mobilité professionnelle.

Perspectives

Les quelques illustrations qui précèdent n’ont pas la prétention de servir de modèle. Elles cherchent seulement à mettre en forme des concepts par nature multiformes. Elles prennent appui sur des travaux réalisés avec des équipes en bibliothèque, étalés sur plusieurs mois et impliquant des personnels de toute catégorie. Sur ce champ, personne n’est aujourd’hui en mesure de proposer un modèle cohérent, utilisable partout et incontestable. Nous sommes donc encore à l’ère du «bricolage», ce qui pourrait parfois nous inciter à l’immobilisme. Pourtant, l’enjeu est d’importance; car, contrairement aux craintes souvent manifestées, le travail sur les indicateurs n’est pas l’élaboration de procédures standardisées et contraignantes, forme modernisée du taylorisme, même si la lucidité nous amène à craindre certaines dérives. Développer et construire en équipe des outils d’autocontrôle est une des réponses possibles à ces inquiétudes légitimes. La clarification des moyens mobilisés et des effets observés est la garantie d’un dialogue dans l’organisation et du développement des initiatives individuelles, condition de développement des compétences et de la motivation au travail.

Chauvet, André. « Quels indicateurs de la compétence? » . Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2001, n°3, p. 82-90. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2001-03-0082-001>. ISSN1292-8399.

11 Le principe de l’enquête est en soi très intéressant, ne serait-ce que parce qu’il permet, et même dans les pires situations, de garder un contact, aussi ténu soit-il: “Fact-finding merits attention as the most spécifie task in controversial situations of the most different kinds” Princetown Pantoufles En Dentelle Gucci u3rp1RZK
. Dans le cadre onusien, et en ce qui concerne les procédures thématiques, on peut considérer sa mise en application comme la bienvenue, et aussi comme ce qui se rapproche le plus, dans l’état actuel des relations internationales, d’un mécanisme international d’Aussi allons-nous nous y attacher à présent, et tenter de voir si c’est à raison que la montée de l’approche thématique a été considérée comme l’une des innovations majeures du programme des droits de l’homme des Nations Unies et comptée parmi les stratégies couronnées de succès. Chaussure De Dentelle Waldl Ufer Brun Waldl Ufer vfyuxk

12 Voyons pour commencer l’origine de ces procédures. L’approche thématique dans la supervision d’obligations non conventionnelles n’est pas nouvelle à l’ONU puisque la Sous-commission connaît un Groupe de travail sur l’esclavage depuis 1974. Femmes Trieste Mules Berkemann UDsVgI3
Le programme du Groupe de travail pour les trois ans à venir comporte principalement trois volets: la prévention de la vente, de la prostitution et de la pornographie d’enfants; l’élimination de l’exploitation de la main-d’œuvre enfantine et de la servitude pour dettes; enfin la prévention de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui. Femmes Pomme Houx Derbys De Eden saSfGTZSqj
A chacune de ses sessions, le groupe examine les renseignements qu’il a reçus sur la situation et l’application des conventions sur l’esclavage et sur les pratiques esclavagistes puis il formule des recommandations. On verra plus loin quel a été son rôle, ainsi que ses méthodes. Mis à part ce précédent, on a vu dans la première partie de ce travail comment les procédures thématiques de la Commission des droits de l’homme s’étaient multipliées Femmes Voyage Hop Tboucle Clark Ir1v3I
; pour ne pas nous répéter, nous partirons donc du fait acquis qu’elles sont issues de l’échec, ou plutôt des carences, tout d’abord de la procédure1503, puis du côté incomplet et arbitraire du choix des pays à examiner au moyen des procédures par pays. 2017 Cuir Bottes Pour Les Femmes Bottillons En Vente Noir Cuir 2017 37 38 40 Et Janet Janet 37 38 40 Et Janet Janet Ia2Tj75C
Selon un des principaux hauts-fonctionnaires du Secrétariat de l’ONU pour les droits de l’homme en fonction notamment au moment où elles ont commencé à se multiplier, ce sont les facteurs suivants qui ont compté pour leur mise en place: au début, le désir d’en savoir plus relativement à certaines questions. C’était par exemple le motif de l’institution du Groupe de travail dont on a parlé ci-dessus, selon lui. La seconde raison, venant immédiatement après, serait d’après lui, celle que nous avons donnée dans notre première partie, à savoir qu’il s’est révélé extrêmement difficile sinon impossible – “to come to grips” avec des situations particulières de violations massives des droits de l’homme, ceci à cause de l’opposition et du poids diplomatique des gouvernements concernés. Il donne comme illustration de ce motif-ci le drame des personnes disparues en Argentine, en face duquel la Commission des droits de l’homme s’était montrée impuissante en 1978 comme en 1979. Enfin, la troisième raison pour laquelle des procédures thématiques auraient été instituées, selon lui, serait qu’on souhaitait percevoir les dimensions de certains problèmes afin de pouvoir mieux s’atteler à leur résolution. Cobea Pompes Pour Les Femmes / Blanc Initial Paris wGtMwOR
Cette analyse, faite par un homme qui a ressenti l’évolution «de l’intérieur», nous semble corroborer celles proposées en général par les analystes «extérieurs», à savoir que c’est de l’approche par pays, et parce que celle-ci n’était pas satisfaisante, que renaquit puisqu’on sait qu’elle était déjà née l’approche thématique. Maintenant 15 De Réduction Bottes Dhiver Jana YVVNq0
Le glissement d’une procédure à l’autre en ce qui concerne la situation à Chypre illustre bien cette évolution. Etune Mûre Chaussures De Sport Pour Femmes / Bleu Mustang Jeans zbJak4Jsvw

13 Mais l’approche thématique était utilisée par l’OIT depuis déjà longtemps lorsque le Groupe de travail sur l’esclavage fut créé dans l’enceinte de l’ONU. En effet, le Comité de la liberté syndicale du Conseil d’administration de l’OIT examine la liberté d’association partout dans le monde depuis 1951. Cet organe, de composition tripartite, consiste en un président et neuf membres désignés par le Conseil d’administration. Il devait déterminer au départ si les plaintes reçues concernant la liberté syndicale étaient suffisamment fondées pour justifier la saisine de la Commission d’investigation et de conciliation; mais comme celle-ci a besoin pour intervenir de l’accord de l’Etat à l’encontre de qui la plainte est déposée, et qu’elle est pour conséquent peu entrée en action, le Comité s’est transformé en organe examinant les plaintes au fond. «Ses fonctions sont de caractère quasi-judiciaire, et la procédure qu’il suit est conforme aux principes fondamentaux qui régissent les procédures judiciaires». F / S Visage Salut 35 Chaussures De Sport Pour Les Hommes / Reebok Blanc DipDRF
Quant aux résultats obtenus, l’OIT les évalue comme «décevants» pour les cas se situant dans un contexte politique difficile, mais comme «tangibles et positifs [...] dans un grand nombre de cas»; l’Organisation cite comme exemple l’abrogation ou la modification de lois critiquées, le redressement de situations donnant lieu à des plaintes, et même le fait que des condamnations à mort de syndicalistes aient été commuées; l’OIT cite également des résultats tels que le remède porté à certaines situations simplement pour éviter l’enquête. Femmes Isleen Lavé Espadrille Hohe Softinos Vkp2oNN
Ce précédent n’était évidemment pas sans intérêt pour l’ONU, qui, à partir de 1980, entra dans une nouvelle phase relativement à la mise en œuvre des droits de l’homme, du moins au niveau des idées, car cette césure est peut-être moins nette sous l’angle pratique.

14 Une fois qu’a été créé le groupe de travail sur les disparitions forcées et involontaires, en 1980, d’autres procédures thématiques ont vu le jour dans le cadre de la Commission, et ceci à un rythme soutenu: 1982, 1985, 1986 et 1987.
Commissions Occultes Côté Rue Chaussures De Sport Pour Femmes / Skechers Bordeaux LrHvql
Bord De Femmes Lux 2 Chaussures De Course Rose Adidas Eu CXSOOUy
Escarpins Noirs Par Gabor Gabor YdBc6Me
Femmes Tia Orteilstring Peeptoe Sandales En Cuir Schwarz Fitflop bk6qCc
Comme on a longuement présenté le mandat, la composition, les bases d’examen des situations examinées, le déroulement de ces procédures, ainsi que le type de suites qui leur sont données, les principales critiques qui leur ont été faites et les efforts déployés pour les améliorer dans notre première partie (I l)C)e) à j) et notes119-181), on va s’attacher maintenant à leurs objectifs, ce qui nous permettra de relever ensuite leurs mérites et leurs faiblesses. Il faut préciser ici que la Sous-commission aussi a institué des procédures thématiques. Mais on se limite dans le cadre de cette étude à étudier les principales procédures; aussi pour un panorama des procédures existantes en la matière, il convient de se reporter aux tableaux placés en annexe. Chaussures Chaussures Lacées Usine Cl QZ4cP7GyP6

15 Le premier objectif des procédures thématiques est de traiter d’un problème de façon globale, afin d’éviter au maximum de cibler un pays ou un autre. Le deuxième est sans doute de chercher à évaluer l’importance d’un problème, à l’identifier dans toutes ses dimensions et, partant, à trouver des moyens de le résoudre . Le troisième objectif poursuivi par ces procédures est la mise en place de mécanismes flexibles qui permettent de réagir relativement vite dans des situations d’urgence.

Informations
Service client
Magasiner
Mon Compte
Réalisé avec le créateur de boutique en ligne de Chaussures Sandales Ligne Ruco RuX8J
(basée sur le logiciel libre Ballerines En Cuir Agrémentées Miu Miu De m0GisQG
) Membre du réseau Chaussures Sandales Post Orteils Ferretti Alberta zeqrLam
et partenaire Femmes Sandales Nina Peeptoe Jonny De SDFFupUAKq
Domaine L'Orée Des Bois © 2018